Il y a quelques temps, j’ai eu une conversation avec une amie qui me confiait qu’elle aurait bien aimé que je réalise un reportage du quotidien de sa famille.

Mais malheureusement elle y avait renoncé, car ses ados étaient complètement réfractaires à l’idée de se faire photographier…

J’ai trouvé cela vraiment dommage bien évidemment, et cette discussion m’a d’autant plus motivée à écrire aujourd’hui cet article, sur le rapport des ados à la photographie, qui mijotait déjà depuis un moment dans un recoin de mon cerveau.

Je suis moi-même concernée par cette question, puisque mes enfants sont maintenant grands : 18 et 15 ans pour les ainés, la dernière oscillant encore entre l’enfance et l’adolescence avec ses 11 ans.

L’adolescence est bien souvent une période délicate à vivre pour eux : leur corps est en plein bouleversement et l’image qu’ils ont d’eux-mêmes n’est pas toujours facile à accepter. S’ils estiment ne pas correspondre à la norme établie par leurs pairs et la société, cette période peut devenir un vrai calvaire pour eux.

Le rapport des ados à la photographie. Portrait d'une jeune fille dans la salle de bain.

Paradoxalement, l’image est omniprésente dans leur quotidien. Elle est devenue un vecteur de communication à part entière.

Les adolescents passent leur temps à prendre des selfies avec leurs copains, en ajoutant des filtres qui les avantagent ou les déforment ( cf : succès de l’appli Snapchat) : c’est leur façon de s’approprier cette image d’eux-mêmes qu’ils ont parfois du mal à gérer. Dans ce cas précis, ils sont complétement dans le contrôle : la décision de publier ou non sur les réseaux leur appartient.

La plupart du temps, ils partagent seulement les photos de leur meilleur « profil » sur leurs réseaux publics. D’autres photos plus « fun » seront uniquement vues dans leur cercle intime, en qui ils ont une totale confiance.

Le rapport des ados à la photographie. Portrait d'ados en train de se photographier au téléphone.

Alors pourquoi refusent-ils par ailleurs d’être photographiés, dès lors qu’ils ne sont plus avec leurs amis ?

La raison la plus évidente à mon sens, c’est que dans le cas d’une séance photo par exemple, ils ne maitrisent plus rien !

Ils n’ont plus aucun contrôle sur la façon dont on va les photographier, ni sur le rendu final.

Ils peuvent vivre cette expérience comme une véritable mise à nu et se sentir complètement démunis, car cela les met face à une réalité qu’ils n’ont pas forcément envie d’affronter (complexes par rapport au corps, acné…).

S’ils sont également dans une phase d’opposition avec vous, parents, vous refuser la moindre photo, c’est aussi un bon moyen de s’affirmer…

Le rapport des ados à la photographie. 
Photographie en couleur de deux adolescentes sur un lit.

Si réaliser une séance en famille, ou photographier votre ado, vous tient vraiment à cœur, le dialogue me semble essentiel, même si à cette période il n’est pas toujours facile à établir !

Avant tout, je crois qu’il faut absolument respecter leurs réticences et essayer de comprendre ce qui bloque.

Le tout est de bien expliquer la démarche : pourquoi il est important pour vous d’avoir des photos de votre ado à cette période de sa vie. Laisser-le aussi exprimer ses craintes.

Dans le cadre d’un reportage du quotidien, je me déplace à votre domicile pour vous photographier dans votre vie de tous les jours : vous m’ouvrez la porte de votre espace privé.

Je ne vous demande pas de poser, je me contente de vous photographier dans vos activités, mais ça peut paraitre intimidant dans un premier temps…

Rassurez votre ado à ce niveau-là, je ne lui imposerai rien pendant le reportage.

Peut-être s’imagine-t-il qu’il faut être bien habillé, bien coiffé et faire un beau sourire !

En ce qui me concerne, il pourra porter son pull préféré, avoir les cheveux en pétard, et ne sera aucunement obligé de faire quoi que ce soit !

Il s’inquiète peut-être aussi qu’un(e) intrus(e) pénètre impunément sur son territoire privé : la chambre d’un ado c’est une partie de lui-même, et en franchir le seuil pour certains est vécu comme une agression.

Le rapport des ados à la photographie. Portrait d'ados qui cuisinent.

J’ai moi-même connu cette expérience avec mon fils ainé.

En tant que photographe, j’ai beaucoup documenté la vie de mes enfants quand ils étaient petits. Ils ont eu l’habitude de me voir toujours avec un appareil photo à la main, et pour eux c’était quelque chose de naturel.

Mais quand mon fils est entré dans l’adolescence, d’un coup il s’est mis a esquivé mon appareil. Il faisait l’imbécile, se retournait, mettait les mains devant son visage bref, il ne voulait plus que je le photographie.

Nous avons beaucoup discuté et j’ai compris qu’il ne voulait pas que je publie les photos de lui sur internet. Il n’était pas du tout en phase avec son image et il redoutait que je partage des photos de lui qui lui semblaient personnelles.

J’ai donc toute une période où je n’ai quasiment pas de photo de lui.

A présent il accepte de nouveau que je le photographie, même s’il n’est pas toujours à l’aise. Mais comme il sait que je n’attends rien de lui en particulier, il le vit beaucoup mieux.

Sa sœur qui a 15 ans, a une vision tout à fait différente. Elle a toujours adoré poser pour moi !

En revanche, elle aime avoir la main sur ce que je publie : il lui arrive de refuser que je partage certaines photos, et je respecte tout à fait cela.

Je crois qu’il s’agit avant tout d’établir une relation de confiance et de respect mutuel avec nos ados.

En tant que parents, quand nos enfants sont petits, nous avons la responsabilité de ce que nous partageons d’eux sur les réseaux sociaux.

Je n’entrerai pas ici dans le débat de savoir si c’est bien ou pas, mais ce doit toujours être fait dans le respect de l’enfant.

En ce qui concerne les plus grands, c’est à eux de décider. Je pense que ce qui les bloque surtout c’est cette histoire de publication sur les réseaux sociaux.

Le rapport des ados à la photographie. Portrait d'une jeune fille consultant son téléphone.

Les photos d’un reportage du quotidien, ou de toute autre séance d’ailleurs, peuvent très bien rester dans le cadre privé. Ne pensez pas que parce vos adolescents partagent des tas de selfies sur leur Instagram, vous pouvez partager des photos d’eux, prises dans le cercle intime, sur vos réseaux à vous…

C’est également valable pour tous, pensez-y !

Il est essentiel pour moi quand je viens vous photographier à votre domicile, d’engager avec tous les membres de la famille une relation bienveillante et respectueuse.

Si vous avez des ados à la maison, et que vous avez envie de réaliser un reportage du quotidien, n’hésitez pas à leur faire lire cet article.

Ce sera un bon départ pour entamer un échange constructif sur les attentes et les appréhensions de chacun !

Et vous, comment votre ado réagit face à l’appareil photo ?

Leave A

Comment

Quintard
11 avril 2019
Super article 😘
Répondre
    Pascaline
    12 avril 2019
    Merci !
    Répondre