Aujourd’hui je te parle d’un projet personnel, à l’initiative de Caroline Liabot, photographe chez Elles et Eux Photographie, dans lequel je me suis engagée avec d’autres photographes.

Caroline est la créatrice d’une communauté, L’Ame Vagabonde, qui rassemble des photographes autour du storytelling.

Le storytelling consiste, pour résumer, à raconter des histoires à travers la photographie (en ce qui concerne les photographes!). Cette communauté existe sur Instagram et sur Facebook (groupe privé), et je l’ai intégrée depuis peu.

Je suis moi-même très attachée à l’écriture (voir cet article), et quand j’ai rencontré Caroline au détour d’Instagram, je me suis tout de suite sentie en phase avec sa façon d’aborder les choses.

Au mois d’avril, Caroline a proposé, à celles d’entre nous qui étaient intéressées, de participer à un Loop sur Instagram. (oui il n’y a que des femmes dans le groupe !).

Un loop est en fait une boucle où chaque artiste nomme l’artiste suivant dans sa publication, afin que chaque visiteur puisse visualiser l’ensemble des réalisations des membres du groupe. Il suffit de cliquer sur chaque nom dans la publication jusqu’à revenir à la publication initiale.

Le but du loop est de travailler sur un thème chaque mois, en réalisant une photo et en y associant un texte.

Malheureusement, j’ai raté la première publication du groupe, car lorsque Caroline a proposé ce projet sur Facebook, le groupe de participantes s’est constitué très vite et a été complet en un temps record 😉

N’ayant pas vu cette proposition tout de suite, je ne me suis pas inscrite, pensant que Caroline avait son nombre de participantes… Puis lors de la publication du premier Loop, j’ai discuté avec elle en lui disant que j’allais suivre le projet avec un grand intérêt, et elle m’a proposé de l’intégrer !

Je dois avouer que j’étais à la fois excitée de participer, mais aussi un peu stressée, du genre « ouh là ma grande, fais attention tu vas sortir de ta zone de confort ! ».

Et quand le deuxième thème a été proposé, j’ai cru défaillir : la résilience (« oh mon Dieu, mais pourquoi j’ai dit oui… ») 😊.

Puis comme toujours, mon cerveau s’est mis en mode ébullition sans que je ne puisse rien contrôler.

Le jour même de l’annonce du thème, j’avais mon texte. Les mots ont jailli de moi comme un geyser : ils étaient là, cognant contre mon crâne et dans mon cœur, et ma main avait du mal à suivre ce flot qui ne demandait qu’à sortir de moi…

Ne restait plus qu’à réaliser ma photo pour l’associer à mon texte.

Je me suis laissé un peu plus de temps mais je savais que ce serait une photo en extérieur : pour moi, cette capacité de résilience passe forcément par l’intense connexion que je ressens avec la nature.

Quand je ne vais pas bien, il me suffit de passer du temps dehors : tout de suite je sens ma respiration ralentir, mes pensées et mon cœur s’apaiser. J’ai l’impression de former partie d’un tout.  La nature a cette capacité à rassembler mon être qui parfois s’éparpille aux quatre vents…

Je te laisse à présent découvrir ma photo et mon texte !

L'art d'associer la photographie à l'écriture : le loop de L'Ame Vagabonde. Autoportrait dans la nature sur le thème de la résilience.

Enfouir ton âme au plus profond de toi, construire des murailles autour de ton corps pour te protéger, barricader ton cœur pour ne plus ressentir, surtout ne plus rien ressentir, tu ne veux plus souffrir.

Tu t’enfermes en toi-même parce que tu crois que de là rien ne pourra t’atteindre. Tu renies ton être, ton âme…

La vie glisse sur toi, tu la traverses comme un fantôme, tu assistes à son spectacle comme un pantin désarticulé.

Mais ton âme se rebelle, elle est là, tu la sens gesticuler au fond de ton ventre. Tu lui dis de se taire mais elle se rebiffe, elle te griffe les entrailles. Elle essaie de se frayer un chemin, de rejoindre ton cœur.

Et puis un jour tout explose.

Ton corps ne peut plus contenir toutes ces émotions que tu essaies d’ignorer, ta carapace se fissure, tu imploses !

Tu pleures, tu cries.

La douleur te submerge tel un ras de marée, et te brise en mille morceaux, tu te noies, tu t’étouffes.

Alors que tu t’apprêtes à fermer les yeux et te laisser glisser dans le néant, tu aperçois cette petite lueur, à la surface, qui t’appelle.

Tu donnes un coup de pied pour remonter.

C’est la vie, elle est là, elle te tend la main.

Elle te dit « viens, il y a encore de belles choses sur ta route ».

Alors tu laisses tomber les derniers pans de mur qui t’entravent , ton âme rejoint ton cœur qui l’accueille avec amour.

Elle s’apaise, enfin.

C’est le jour de ta renaissance.

Leave A

Comment

[…] Je ne sais pas si tu as eu l’occasion de le voir sur mon compte Instagram, mais lundi j’ai publié ma participation au nouveau loop de l’Ame Vagabonde, un projet que j’avais déjà évoqué dans cet article. […]
Répondre
[…] à un projet commun avec un groupe de femmes photographes (et si ce n’est pas le cas tu peux lire cet article dans lequel j’explique […]
Répondre