Quand j’ai besoin de prendre l’air et me changer les idées, j’attrape souvent mon appareil photo pour sortir dans le jardin. Cela me permet de me recentrer. Dans cet article je t’explique comment s’aider de la photographie pour se reconnecter à ses ressentis.

En ce qui me concerne, je pense que la photographie, comme d’autres activités artistiques, peut être utilisée comme outil thérapeutique. J’ai déjà évoqué dans d’autres articles comme celui-ci, mon besoin quasi viscéral de photographier la nature.

Il va sans dire que si l’on souffre d’une grave maladie il faut se faire accompagner par quelqu’un de compétent.

Cependant, la photographie peut être d’une grande aide pour apprendre à lâcher prise et se reconnecter à son moi profond, ses émotions, ses ressentis.

La photographie pour se reconnecter à ses ressentis. 
Photographie de feuilles d'arbre et contre-jour et en faible profondeur de champ.

Comment je me reconnecte à mes ressentis en pratique ?

Premier conseil, il ne faut pas avoir d’idée préconçue en tête pour aborder la séance. On doit être prêt à lâcher prise sur la technique et ne pas se sentir obligé d’obtenir un résultat « exploitable » d’un point de vue photographique.

Si tu as dans la tête des pensées du style « il faut que ma photo soit nette, il faut qu’elle soit bien cadrée, qu’elle soit bien exposée… » tu es mal parti !

La photographie pour se reconnecter à ses ressentis. Photographie d'une fougère en contre-jour et en faible profondeur de champ.

Choisis un endroit où tu te sens bien. Cela peut-être en intérieur ou en extérieur. Par exemple, moi j’aime sortir dans mon jardin qui est un peu mon lieu ressource.

Avant de te mettre à photographier, prends le temps de respirer un bon coup.

Ferme les yeux, relâche tes épaules, sois attentif aux sons, aux odeurs…

Voilà, tu es dans de bonnes dispositions pour commencer.

La photographie pour se reconnecter à ses ressentis. Photographie en faible profondeur de champ d'une feuille de cotinus.

Oublie la sacrosainte technique !

Peut-être que dans un premier temps tu vas te sentir démuni de ne pas t’appuyer sur la technique pour obtenir une photo qui correspond aux standards d’une « belle » photo.

Tu peux très bien être un photographe accompli où alors un photographe du dimanche, ça n’a pas d’importance. Dans un cas comme dans l’autre, laisse ton amour propre de côté.

Oublie l’idée de prendre une photo pour la montrer aux autres. Ignore les injonctions qui te font croire que ça doit être comme ci ou comme ça.

Chacun a sa propre sensibilité et c’est bien de ça dont il s’agit !

La photographie pour se reconnecter à ses ressentis. Photographie rapprochée d'une feuille de cotinus en faible profondeur de champ.

C’est un moment juste pour toi, écoute tes envies.

Pour moi, c’est un peu comme une séance de méditation : tu n’es pas dans le faire, tu es dans l’être.

Et cela passe par le fait de ressentir les choses, d’être présent à ton environnement.

Peut-être qu’une lumière va attirer ton regard. Ou alors des feuilles qui bougent dans le vent, une texture qui va t’interpeller, une couleur…

“Réfléchis” plutôt en termes d’émotions, d’ambiances. Chercher l’abstraction peut-être un bon moyen de se détacher du sujet en lui-même.

L’avantage du numérique c’est que tu peux déclencher autant que tu veux et ne conserver aucune photo par la suite.

L’important n’est pas d’obtenir un résultat mais bien d’apprécier le moment de la prise de vue.

La photographie pour se reconnecter à ses ressentis. Photographie un peu abstraite d'aiguilles de pin en faible profondeur de champ et en contre-jour.

Quel matériel j’utilise ?

J’ai envie de te dire, utilise le matériel que tu as sous la main.

Sache cependant que si ton appareil est en mode tout automatique, tu auras du mal à obtenir certaines atmosphères où rendus.

Mais comme dit plus haut, il n’y a pas d’obligation de résultats donc tu peux improviser et tester plein de choses !

Personnellement, j’utilise la plupart du temps mon reflex, mais il m’arrive d’avoir juste mon téléphone sous la main.

La photographie pour se reconnecter à ses ressentis. Feuille de bouleau en contre-jour.

Une astuce : tu peux essayer de débrayer la mise au point automatique par exemple (si c’est possible) et voir ce que ça donne 😉

Il m’arrive souvent de ne pas chercher à faire une mise au point sur un endroit précis et déclencher. Moi évidemment je suis une fada du flou donc ça fait longtemps que j’ai appris à lâcher prise là-dessus ! Et les résultats sont parfois bluffants.

Et pourtant, j’ai du mal à lâcher prise sur le flou quand je suis en reportage avec une famille, même si je sais que je peux obtenir des images très fortes grâce à ça !

La photographie pour se reconnecter à ses ressentis. Fleurs d’hortensia en contre-jour et en faible profondeur de champ.

C’est pour cette raison que j’ai grand besoin de ces sessions photographiques durant lesquelles je n’ai pas d’attentes particulières. Cela me permet de décompresser et me reconnecter uniquement à mes ressentis.

Je t’invite donc à faire l’expérience si tu en as l’occasion. Tu verras c’est très libérateur.

Si tu le souhaites, tu peux ensuite faire une analyse des images que tu as obtenues durant cette session. Garde à l’esprit le fait de ressentir les choses encore une fois et pas réfléchir en terme technique (cadrage, netteté, etc).

Quelles émotions ces photographies provoquent chez toi ?

La photographie pour se reconnecter à ses ressentis. Feuilles de cotinus givrées en contre-jour

Voilà.

N’hésite à revenir me faire part de ce que tu as vécu après, si ça t’a fait du bien ou même si tu n’as pas réussi à vraiment lâcher-prise…

J’ai toujours grand plaisir à échanger.

Voir les catégories
Voir les commentaires

[…] je l’ai déjà évoqué à plusieurs reprises, photographier pour moi équivaut à une sorte de méditation. Quand j’ai mon appareil à la […]